article original par Thomas Wüpper

Stuttgarter Zeitung du 06 juin 2017

 

Les voyages en train de nuit connaissent un succès croissant auprès des usagers. Depuis décembre 2016, les Chemins de fer Fédéraux autrichiens (ÖBB) ont repris une partie des liaisons en voitures-lits et voitures-couchettes sur le territoire allemand et se disent très satisfaits de la demande pendant les quatre premiers mois. Par ailleurs, le Bundestag souhaite plus de coopération entre les deux pays et un système de réservation unique pour les clients.

 

En Allemagne, les voyages en train de nuit ont un succès croissant. En décembre dernier, les Östereichische Bundesbahnen (ÖBB, les Chemins de fer fédéraux autrichiens) a repris une partie des liaisons en voitures-lits et voitures-couchettes exploitées naguère par l’Allemagne et se disent très satisfaits de la demande pendant les quatre premiers mois. La Deutsche Bahn (DB, les Chemins de fer allemands), qui a depuis renforcé la circulation nocturne des trains InterCity (IC) (trains avec un aménagement de jour roulant la nuit), fait également état d’une augmentation de la demande.

La demande pour les InterCity (IC) circulant de nuit aurait dépassé de 30% les pronostics, a déclaré la DB. De nouvelles liaisons seront donc ajoutées pendant l’été ; la ligne IC Stuttgart-Munich sera prolongée vers Berlin via Francfort et Leipzig. Chaque nuit, un train EuroCity (EC) circule également entre Hambourg et Copenhague. De plus, les nuits du samedi au dimanche, un IC circulera entre Cologne et la station balnéaire de Binz (sur l’île touristique de Rügen) via Hanovre et Berlin. [Ndlr : ces liaisons IC Munich – Berlin et Cologne – Binz reprennent des liaisons en train de nuit abandonnées par la DB sous prétexte qu’elles n’étaient pas rentables.]

 

Un écho très positif chez les clients

Les ÖBB auraient vendu 450.000 billets en Autriche et en Allemagne depuis leur entrée sur le marché des trains de nuit allemands en décembre 2016. Il s’agit “d’un beau succès”, a déclaré Kurt Bauer, directeur de ÖBB Grandes Lignes, au magazine Der Fahrgast (Le Passager) : l’écho chez les usagers serait positif, le “Nightjet” apprécié par la clientèle allemande et la demande pour les liaisons en train de nuit avec lits et couchettes constante.

Or, l’an dernier, dans le cadre d’un plan de rénovation baptisé “Zukunft Bahn” (Avenir Train), la direction de la DB groupée autour de son chef de l’époque Rüdiger Grube, qui a démissionné depuis, avait abandonné toutes les relations en train de nuit avec couchettes. On a justifié cette décision par des pertes récurrentes : l’entreprise d’État qu’est la DB avait enregistré une perte de 20M € pour un chiffre d’affaire de 85M €. Un an auparavant, le déficit était d’un tiers plus élevé. Cette décision a été vivement critiquée par l’opposition au Bundestag (les Verts et die Linke, parti de gauche) et avait fait des vagues dans l’opinion publique.

Entre temps, la coalition au pouvoir en Allemagne s’intéresse à nouveau au sujet. La CDU-CSU et le SPD ont récemment adressé au gouvernement une requête commune : ils demandent que le gouvernement soutienne le rétablissement des trains de nuit ; ils réclament aussi la publication d’un rapport annuel sur l’évolution des offres, des prix et de la fréquentation ; ils suggèrent que la coopération entre la DB et les ÖBB doit être renforcée et les liaisons couchettes et auto-couchettes transfrontalières étoffées ; ils souhaitent enfin l’ouverture du réseau à de nouveaux opérateurs sans discrimination.

 

La DB ne peut pas garantir l’acceptation des BahnCard dans les Nightjet des ÖBB

Pour Sabine Leidig, experte en matière de transports du parti Die Linke [gauche d’opposition] au Bundestag [parlement allemand] qui milite pour la préservation des trains de nuit depuis des années, cet intérêt du gouvernement viendrait “très tardivement” et ne serait pas vraiment convaincant. La coalition au pouvoir se montre pourtant étonnamment concrète dans sa requête. Ainsi le gouvernement voudrait “inciter” le directoire de la DB à proposer son parc de trains de nuits, inactifs depuis l’abandon des liaisons nocturnes, et de wagons porte-autos à d’autres entreprises via des appels d’offre. Par ailleurs le Bundestag souhaite que les employés de DB European Railservice S.A.R.L [société prestataire des services à bord des trains de nuit] soient repris par l’entreprise publique ou par d’autres exploitants de trains de nuit.

L’État doit aussi s’engager pour qu’un système de réservation unique voie le jour sur les trains de nuit. Actuellement, la DB et les ÖBB négocient encore la reconnaissance mutuelle des tarifs et des réductions pour l’échéance du prochain changement horaire annuel, le 9 décembre 2017. Pour l’instant, les passagers des Nightjet exploités par les ÖBB peuvent encore réserver des billets aux tarifs flex ou économiques [les billets à pris réduits de la DB, équivalent des tarifs Pro et Prem's] qui étaient en vigueur sur les trains CityNightLine supprimés par la DB. Par ailleurs la DB mettra en vente les offres low-cost des ÖBB à compter du 18 octobre sur ses systèmes de vente, en incluant également la promotion “Sparschiene” [équivalent autrichiens des Prem's]. Reste à savoir comment les choses évolueront. Ainsi la DB a dit ne pas encore être en mesure de garantir l’acceptation des BahnCard [cartes de réduction de la DB] dans les Nightjet après la période de transition.



Bahn: Österreichs Bahn erfolgreich mit Nachtzügen

Der Nachtzugverkehr stößt bei Reisenden auf wachsende Beliebtheit. Die Österreichischen Bundesbahnen (ÖBB), die einen Teil der von der Deutschen Bahn aufgegebenen Schlaf- und Liegewagen übernommen haben, zeigen sich mit der Nachfrage in den ersten vier Monaten sehr zufrieden. Der Bundestag wünscht sich derweil für die Kunden mehr Kooperation und einheitliche Buchungssysteme.

http://www.stuttgarter-zeitung.de